Pourquoi une réhabilitation tribale ?

Annonces

Le C.H.R.I.S est, en premier lieu, une centre d’humanisation et de réhabilitation tribale.
Mais sans doute n’avez vous jamais entendu parler de cela, tant ces centres sont rares en Europe.
Alors voyons ensemble ce qu’est la réhabilitation tribale et pourquoi elle est plus qu’essentielle de nos jours.

Tout d’abord, la tribalité, c’est quoi ?

La tribalité est une science au croisement de l’anthropologie et de la sociologie.
Elle étudie les comportements humains à différentes échelles, pour déterminer des facteurs d’évolution et permettre l’élévation d’individus et de groupes d’individu.
A l’origine liée aux cultures d’entreprises et appliquée au management, cette science est désormais étendue à tout ce qui a trait à l’Humanité.

Son analyse repose sur différentes données, comme les valeurs fondamentales d’un individu, son but ultime et ses forces tribales.

Pour en savoir plus à ce sujet, vous pouvez consulter cette première vidéo :

Si son rôle est important à l’échelle des sociétés, notamment pour étudier des mouvements sociaux, il l’est encore plus à l’échelle de l’individu pour parer aux pires situations.
C’est la raison pour laquelle le C.H.R.I.S. dispose d’un ensemble de formations et de solutions d’accompagnement reposant sur des études en humanisation et en réhabilitation tribale.

Comment fonctionne la réhabilitation tribale ?

La réhabilitation tribale fonctionne sur un schéma assez similaire aux thérapies.
L’idée c’est d’abord que la personne puisse mettre des mots sur ce qui ne va pas, même si ce qui ne va pas est évident pour la plus grande partie.
Ensuite, il va s’agir de l’amener à réfléchir sur ce qui a amené à sa situation et sur les possibilités qui s’offrent à cette personne de faire évoluer sa situation.

Idéalement, au terme d’une réhabilitation tribale, n’importe quelle personne devrait avoir atteint la transition de la phase 3 (le loup solitaire) à la phase 4 (l’esprit de meute).

Dans la théorie, c’est essentiellement une histoire de discours.

Les phases sont associées à des discours que nous tenons, que les autres nous tiennent et auxquels nous choisissons d’adhérer ou non.
Pour permettre une réhabilitation tribale, il faut pouvoir déconstruire les discours néfastes et reconstruire les discours positifs.

C’est en partie ce dont parlait Albert Jacquard lorsqu’il évoquait la question de l’intelligence.
Si vous répétez inlassablement à une personne qu’elle est idiote, elle finira par y croire.
Réciproquement, si vous lui répétez qu’elle est capable, elle vous donnera raison.
Cette théorisation du discours est d’ailleurs l’une des composants du « Secret ».

Pour la tribalité, c’est la même chose.
Si une personne s’est mise en tête que l’on monde en tient lui en veut et qu’elle ne sert à rien, chaque personne ou chaque attitude qui appuiera la thèse qu’elle est nulle et qu’elle ne vaut rien, la poussera à penser que la Vie ne vaut rien et la fera parvenir à toutes les extrémités.
C’est ce qui pousse au suicide, à l’adhésion à des groupes dangereux, au terrorisme, etc.
L’essentiel est donc de déconstruire l’idée que la personne n’a aucune valeur pour la pousser à embrasser ce qu’il y a de positif en elle, jusqu’à atteindre un premier stade où le discours mue en « je n’ai pas de chance » puis en « finalement je suis meilleur-e que X et Y » et enfin un rapprochement aux autres.

Dans la pratique, c’est une histoire de règles et de provocations.

Dans son livre « Managez votre tribu », Dave Logan donne l’exemple d’un ancien « vaurien » (le terme traduit parfaitement la phase 1) devenu maire et agissant désormais en faveur des plus démunis.
Son histoire illustre parfaitement cette ascension à travers les phases humaines.
Et ce témoignage révèle tout le pouvoir des règles et de la provocation.

Couper les ponts avec les personnes qui nous maintiennent la tête sous l’eau à coup de discours néfastes.
Regarder les autres réussir et se dire que c’est la chance qui manque.
Puis ce dire que si cette personne qui nous paraissait pire que nous réussit, alors on peut faire largement mieux et laisser la provocation de l’ego nourrir l’humain qui ne demande qu’à renaître.

Être de corvée, bon gré mal gré, avoir suffisamment fait preuve de ténacité pour avoir mérité un privilège pendant une semaine, se faire doubler par une personne qui a compris qu’on se reposait un peu trop sur nos lauriers, finalement faire des alliances pour avancer ensemble.

Au terme de cette danse, il y a une personne qui a suffisamment regagné en confiance pour pouvoir se dire que la suite du programme c’est trouver ou créer un emploi qui lui correspond.

Pour que cela puisse se produire, il faut un environnement socialement neutre, avec du personnel formé et à l’écoute.
C’est là où le bât blesse dans ce qui est actuellement proposé par les services publics en Europe.
En grande partie parce que les politiques n’ont aucun intérêt à ce que la population soit réhabilitée tribalement.

Quel public pour la réhabilitation tribale ?

Normalement, à partir du moment où on n’a pas au moins embrassé la phase 4, une réhabilitation tribale serait nécessaire.
Cependant, quand on sait que la phase la plus peuplée est la phase 3, ça ferait énormément de monde à accueillir.

C’est pourquoi le C.H.R.I.S. s’adresse en priorité aux plus démunis et notamment aux Sans A.
Cette décision est en partie politique, puisque hors système féodal un système politique s’assurera toujours de conserver une part de Sans A pour maintenir la majorité de la population en phase 2 et 3.
C’est une réalité tribale (et psychologique) : croiser des individus qui n’ont plus rien vous permet de vous dire que votre vie est difficile mais il y a pire (phase 2) ou que vous êtes individuellement bien meilleur que les autres, jamais vous ne risquerez de tomber aussi bas (phase 3) et que ce sont les gens comme ceux qui vous freinent toujours dans tout (au boulot, en famille, etc) qui ont fini à la rue, à juste raison.

Le problème dans tout ça, c’est qu’on occulte très souvent les motifs qui ont poussé les gens à finir dans la situation dans laquelle ils sont.
On a, en France, 4 millions de mal logés, dont la situation est celle là à cause de la précarité des emplois et de l’instabilité sociale.
25% des Sans A sont d’anciens enfants de l’A.S.E., ensuite on compte de nombreux vétérans et de plus en plus de personnes qui n’ont pas retrouvé d’emploi après une période indemnisée, voire de personne qui ont un emploi qui ne paie pas assez pour qu’ils puissent avoir un toit sur la tête.

Ces personnes là ont besoin qu’on leur tende la main autrement que pour leur faire la charité, elles ont besoin d’un accompagnement qui leur permette de se retrouver dans la meilleure situation pour pouvoir entamer une réinsertion socio-professionnelle réussie.
Des personnes ayant le même parcours sur le papier ne l’auront pas vécu de la même façon pour autant et c’est bien pour cela qu’il est nécessaire d’avoir un accompagnement individualisé à la base, puis progressivement incluant.

Une réhabilitation comme remise à zéro.

En conclusion, il semble essentiel, pour permettre le retour à l’emploi et la réinsertion dans la société, de prendre le temps d’accompagner une personne, d’entendre ses doutes, d’étudier ses craintes et de lui permettre de retrouver sa voie.

C’est à cette condition et cette condition seulement qu’une personne pourra identifier ce qu’elle sait et veut faire de sa vie et qu’elle franchira les étapes nécessaires à s’éloigner de la violence, à s’extirper des discours fatalistes, à refuser la position de l’individualisme commun et à s’élever parmi les groupes qui luttent pour innover toujours davantage, voire à rejoindre ceux et celles qui font en sorte de changer durablement l’Humanité, un geste plein d’abnégation à la fois.

Annonces

A propos Admin 3 Articles
Chez C.H.R.I.S. est un chantier du Club des Entrepreneurs Tribaux orienté pour les démunis, les demandeurs d'emploi, les gens en (ré)orientation professionnelle et tou-te-s les aventurier-e-s de la vie!

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*